CATALOGUE

KAS 006 : PENSER, CLASSER, AIMER / Marc Bruimaud

texte tiré à 150 exemplaires sur papier couleur, couverture en papier filigrané, cousu à la main / 16 pages, 17,5×10,7cm, isbn : 978-2-9562758-5-5, prix : 6€ /

Le 24 août 2011 à Albi, un artisan de 67 ans fut pris en flagrant délit de décrochage de panneau routier et amené manu militari au commissariat local. Après interrogatoire et perquisition à son domicile, il apparut que le brave retraité, victime d’une séparation douloureuse, avait accumulé depuis trois ans, dans un hangar transformé en salle d’exposition, plus d’une centaine de panneaux signalétiques (noms de rues, directions, sites touristiques) lui rappelant les lieux où il avait vécu les meilleurs moments de son amour enfui. Cette émouvante histoire, si furieusement contemporaine, m’a immédiatement frappé, car, d’une certaine façon, je fais la même chose avec les livres.

Penser, classer, aimer, tout est dit quand à la lumière des ruptures amoureuses l’esprit s’évertue à en déceler les innombrables traces… Par l’observation de sa bibliothèque, Marc Bruimaud traque les manques. Il donne corps à une rêverie bibliophilique pleine de détails et de mélancolie, tout en apportant une certitude : la trajectoire d’un lecteur épouse parfaitement celle que constituent les préférences ou les obsessions littéraires de ses amours.




KAS 005 : NSK RENDEZ-VOUS GRENOBLE / Collectif

tiré à 150 exemplaires sur papier couleur, couverture en papier abrasif,  relié au fil de fer / 48 pages, 27×16,5 cm,isbn : 978-2-9562758-4-8, prix : 20€

Aurélie Dos Santos : « Il était une fois en Yougoslavie ».
Frédéric Claisse : « We Come in Peace : Laibach ou l’art de la fugue ».
IRWIN : « Le Programme du groupe IRWIN », « Rétro-avant-gardisme : le principe de manipulation avec la mémoire du visible. Éclectisme emphatique — la plateforme pour l’authenticité nationale ».
New Collectivism : « Manifeste ».
Department of Pure and Applied Philosophy : « Zlatorog, le chamois aux cornes d’or », « Objet d’amour », « Au commencement », « Le Surnaturel », « La Voie du robot et le rédempteur ».

Dans le cadre du NSK Rendez-vous Grenoble, cet ouvrage propose de redécouvrir les textes fondateurs de quelques collectifs rattachés au NSK (Neue Slowenische Kunst, le Nouvel Art Slovène). En reprenant les formes du manifeste ou celles liées à la pratique du discours, les artistes d’Irwin, du New Collectivism, ou encore du Department of Pure and Applied Philosophy, détournent de puissants outils de pouvoir et s’en servent pour défendre une esthétique singulière née de leur volonté d’articuler art, identité et politique. Ces textes sont précédés par deux articles destinés à appréhender le mouvement NSK, l’ensemble protéiforme d’œuvres et d’actions qu’il représente ainsi que la dimension ambiguë, critique et réflexive qui le caractérise.




 

KAS 004 : LE VOYAGE DANS LES YEUX / George Rodenbach

poèmes tirés à 88 exemplaires, dont 11 sur papier népalais, couverture en papier népalais / 36 pages, 21×10,5 cm, isbn : 978-2-9562758-3-1, prix : 13€

Ah ! ces bords frais des yeux où dors un sable blanc,
Mon âme, triste du départ, y temporise,
Prétextant la marée ou l’absence de brise,
Et s’y dorlote encore une minute à voir
Tant de reflets parmi ces bords de nonchaloir,
Puis démarre vers la haute mer des prunelles…
Mais quel monde nouveau, quels pôles sont en elles,
Et qu’est-ce qu’on rencontre au bout des yeux quand on
S’enfonce par delà leur ligne d’horizon ?

Publié un an après Bruges-la-Morte, le Voyage dans les Yeux reste un recueil peu connu dans l’œuvre de Georges Rodenbach. Cependant, par son sujet, cette suite de poèmes est pour lui l’occasion rêvée d’épouser ce que syncrétise le regard, ce qui lui permet de perfectionner en toute liberté les tournures aiguës et fluctuantes qui caractérisent son écriture. Avec ses descriptions toutes en nuances, son exploration minutieuse des paysages sensitifs logés au creux de la rétine, le Voyage dans les Yeux s’affirme comme la première synthèse du style de son auteur.

Le recueil est présenté dans sa version originale, conformément à la première édition de 1893.




 

KAS 003 : SUR LE SEUIL / Remy de Gourmont

texte tiré à 54 exemplaires sur papier cœur-de-nielle et sous couverture roselière / 24 pages, 21×10,5 cm, isbn : 978-2-9562758-2-4, prix : 13€

— Il ne dort jamais ! reprit M. de la Hogue ; ni moi non plus. Mon cœur ne dort jamais. Je connais le sommeil, j’ignore l’inconscience. Mes rêves sont tellement la continuation de mes pensées du soir, et, le matin, je renoue si logiquement mes rêves à ma pensée, que je ne me souviens pas d’avoir cessé de nager en pleine clarté intellectuelle pendant une heure, depuis trente ans. Et à quoi je songe ainsi durant les interminables heures de ma vie ? À rien, ou plutôt à des négations, à ce que je n’ai pas fait, à ce que je ne ferai pas, à ce que je ne ferais pas, même si la jeunesse m’était rendue. Car, je suis ainsi, je suis celui qui n’a jamais agi, qui n’a jamais levé le doigt vers l’accomplissement d’un désir ou d’un devoir. Je suis le lac qu’aucun vent n’a jamais ridé, la forêt qui n’a jamais brui, un ciel introublé par les nuages de l’action.

Sur le seuil est un texte de Remy de Gourmont qui a la particularité de concentrer une grande partie de ses obsessions. Au château de la Fourche, lieu symbolique et sans âge, la discussion entre le marquis de la Hogue et le narrateur prend des atours de confession pour se transformer en dialogue philosophique. La fascination se mêle à la métaphore et Remy de Gourmont offre un regard précis sur l’idéalisme où, non sans ironie, l’esprit règne et rayonne de toutes ses hantises.




 

KAS 002 : L'ART PARJURE / Charles Guérin

poème tiré à 101 exemplaires sur papier Maya, jaquette de washi Asarakusui / 24 pages, 21×10,5 cm, isbn : 978-2-9562758-1-7, prix : 13€

L’Androgyne songeait ; sa nudité suprême
Frissonna sous les cieux, radieuse rumeur,
Et pareil, dans l’espace où flamboyait sa tête,
À quelque sardonique et monstrueux semeur
Il élargit son geste en gerbes de blasphèmes :
Tu souffleras sur ton espoir en ce qui meurt.

Poète fin-de-siècle un peu oublié, Charles Guérin (1873-1904) produisit une œuvre passionnante, à mi-chemin entre le Parnasse et le Symbolisme, où la rigueur et l’amour du vers se mariaient avec évidence aux sujets les plus sombres. Doute, désir et mort se rejoignent ainsi dans l’Art Parjure, poème colérique à la beauté revêche où l’adolescent poète, tel un renégat, s’empare de la mythologie pour crier et déverser son être et sa substance.

Le poème est présenté dans sa version originale, conformément aux deux premières éditions datées de 1894 (tirées respectivement à 30 et à 10 exemplaires).




 

KAS 001 : S'HORS / Alexandre Thevenot

 

recueil de textes tiré à 150 exemplaires sur papier couleur et couverture en papier recyclé, cousu et collé à la main / 32 pages , 14,8 x10,5 cm, isbn : 978-2-9562758-0-0, prix : 5€

que faire à l’instant où sans avenir
le corps est vide
quand on ne peut se vouer
au monde en alternance du réel et du projeté
à soi parce qu’il n’est plus rien

Conçu entre 2012 et 2016, S’hors restitue le parcours d’une conscience obsédée par son vide. Les textes qui le composent sont autant d’aspérités et de frontières que le crâne voudrait abolir, autant de mains tendues à creuser le trou de la pensée d’où tout persiste. S’hors est également le terreau intime de la revue Kasemate, c’est un lieu où l’écart se nomme et s’invite pour finir par se réinventer. Le fond et le sommet n’y sont plus qu’une altitude de l’être et tout est traversé par ce qui hante.





Kasemate publie des textes et des images issus de créations fortes, anciennes comme modernes. Elle s’empare des modes d’expression pour marquer d’une plaie irrégulière le corps du langage et s’efforce d’interroger les rapports que la conscience entretient avec le réel et l’imaginaire. Dans cette perspective, la revue et les livres qu’elle édite ont tous une force intrinsèque qui les pousse à lutter contre leurs propres certitudes. Chaque publication est l’objet d’un travail patient et artisanal, du choix des textes au façonnage de l’ouvrage, en passant par la mise en page, le choix des matériaux, l’impression… Kasemate s’inscrit dans une exigeante lignée d’aventures collectives et de trajectoires individuelles qui l’ont précédée, en particulier le Grand jeu (Roger Gilbert-Lecomte, René Daumal), Fin de siècle (Serge Sautreau, Jean-Christophe Bailly) ainsi que Bunker & Blockhaus (José Galdo, Jean-Pierre Espil) auxquels son nom fait explicitement référence.