« Natif de Reims, la ville du « Grand Jeu », Nicolas Rozier découvre presque clandestinement l’œuvre de Roger-Gilbert Lecomte, peu après celle d’Antonin Artaud et de Jacques Prevel, les unes menant aux autres en ricochet d’évidence, durant une période de formation littéraire écourtée par cette révélation. De ces lectures décisives, à l’époque où l’auteur écrit ses premiers fragments, naîtra l’outil progressivement forgé de son propre lyrisme. Le visage à venir et le regard, la ville dédaléenne (L’Astre des anéantis), la fraternité des abîmes (« Le tambour pectoral », La main de brouillard ; Jacques Prevel poète mortel ), le double féminin (Vivre à la hache), le dessin comme art total, (L’écrouloir), et « toutes les noblesses pulvérisées » comptent parmi les totems de son œuvre. »

Site internet

Bibliographie

« Le Tambour pectoral », Autour du Grand Jeu, Reims, Ville de Reims, février 2004.
« Trois dessins », Guillevic, l’errance questionnante, Reims, Le Clou dans le fer, 2004.
« L’Imprenable », Sorgue, n°5, novembre 2004, pp.
« Poèmes inédits », Aujourd’hui poème, n°63, juin 2005, pp.
« Frontispice », Le Réel d’à côté, Coaraze, L’Amourier, juillet 2005, p.
L’Espèce amicale, St-Clément-de-Rivière, Fata Morgana, 2006.
« – », Autour de l’art, Lausanne, L’Âge d’homme,
« – », Pyro, n°14, mars 2008, pp.
« Illustration », Variations Daumal, Angy, Le Temps volé, mars 2008.
L’Écrouloir, un dessin d’Antonin Artaud, Clichy, Éditions de Corlevour, juin 2008.
« acryliques », Nunc, n°11, septembre 2009, pp.
« L’Oiseau, le moineau des bancs publics… », Thauma, n°6, janvier 2010.
« Avant-propos », Tombeau pour les rares, Clichy, Éditions de Corlevour, mars 2010, pp. 7-9 & : « Antonin Artaud », p. 19 ; « François Augiéras », p. 23 ; « Charles Baudelaire », p. 27 ; « Maurice Blanchard », p. 31 ; « Léon Bloy », p. 35 ; « Alain Borne », p. 39 ; « Paul Chaulot », p. 43 ; « Luc Dietrich », p. 47 ; « Jean-Pierre Duprey », p. 51 ; « Benjamin Fondane », p. 55 ; « André Gaillard », p. 59 ; « Francis Giauque », p. 63 ; « Roger Gilbert-Lecomte », p. 67 ; « André Laude », p. 71 ; « Laure », p. 75 ; « Gérald Neveu », p. 79 ; « Jacques Prevel », p. 83 ; « André de Richaud », p. 87 ; « Arthur Rimbaud », p. 91 ; « Armand Robin », p. 95 ; « Stanislas Rodanski », p. 99 ; « Colette Thomas », p. 105 ; « Paul Valet », p. 109 ; « Vincent van Gogh », p. 113 ; « François Villon », p. 117 ; « Ilarie Voronca », p. 121 ; « Unica Zürn », p. 125.
« – », Le Matricule des anges, n°113, mai 2010, pp.
« – », Nunc, n°21, juin 2010, pp.
« Trois dessins », Trou, n°XX, octobre 2010.
« Préface », Le Recrachement des doublures, Nancy, Au fond du grenier, décembre 2010.
« 7 encres », La Nuit, la nuit entière, Baume-les-Dames, Aencrage & Co, mai 2011.
L’Astre des anéantis, Clichy, Éditions de Corlevour, mai 2011.
« Le Dernier blockhaus », Expérience Blockhaus, Le Vigan, L’Arachnoïde, décembre 2011.
« Série », Cahiers Bataille, n°2, octobre 2014, pp.
« Vivre à la hache LIII », Kasemate, n°0, Mercury, Alexandre Thevenot, janvier 2016, p. 8.
La Main de brouillard, poème pour Francis Giauque, Pantin, Le Castor astral, février 2016.
Jacques Prevel, poète mortel, Clichy, Éditions de Corlevour, mai 2016.
Vivre à la hache, Le Vigan, L’Arachnoïde, avril 2017.

vivre à la hache